Le M@gistère amer vous reste en travers

Lundi 20 Mars 2017

M@gistère, pour ceux qui y auraient échappé ou seraient passés à côté, est le nec plus ultra de la formation continue ouverte à tous.


M@gistère nous permet de nous inscrire à 18 heures de formation continue obligatoire dont souvent 9 heures de FOAD (Formation Ouverte à Distance), choisies de manière relative, 2 ou 3 thèmes maximum s'imposant à nous.

Le point positif

Notre mercredi salvateur nous ayant été retiré (dans le but d'améliorer les résultats, les rythmes etc…, le SNE vous rappelle que nous en attendons le bilan cette année) et nos 18h de formation se déroulant généralement le mercredi après-midi, laisser 9h en FOAD permet à chacun de gérer son temps de formation à sa guise. C'est 3 mercredis après-midi épargnés ! Remercions la FOAD.

Les points négatifs

- Les situations de classe observées dans cette formation ne concernent souvent que des groupes de 12 élèves maximum. Mais où sont les autres ? Avec le maître surnuméraire ? Tous grippés ? Gardés par l'Atsem dans une autre salle ? C'est en REP+ ? Réponse de l'institution : Mais c'est parce que pour filmer et que la bande-son soit audible, il fallait écarter les autres. Une situation réelle tout à fait transférable dans la réalité !

- Le carnet de bord, téléchargeable, plus ou moins obligatoire, et un commentaire à laisser après chaque chapitre, nécessaire pour valider votre FOAD. Le SNE vous confesse qu'un « RAS » ou « Vive la Finlande ! » libérateur en commentaire suffira à valider un pourcentage de votre formation. Véridique !

- La mise en commun : une partie de la FOAD nécessite de rencontrer des collègues pour échanger sur notre mise en pratique. Mais lorsque vous faîtes garder vos enfants à cette fin et qu'une palanquée d'autorisations d'absences font que vous vous retrouvez à 2, le M@gistère amer a du mal à passer.

L’avis du SNE :

Rendez-nous nos stages de formation continue effectués en ESPE qui nous permettaient de souffler de la classe, reconnaissons-le, d'échanger avec des collègues qui eux-aussi ont des classes à plus de 12 élèves et favorisaient une entrée dans le métier moins violente à nos jeunes stagiaires.

Véronique Mouhot, Secrétaire Générale pédagogie


UN PRESIDENT SANS REFORME ?

Nous passerons au déluge, comme le Dandin des Plaideurs en priait l’avocat : sans en revenir aux origines de l'Instruction publique, tous les Présidents de la seule Vème République ont placé l'Ecole au centre de leurs programmes électoraux. S'en suivirent une forte dizaine de réformes profondes, dont on perçoit aujourd'hui l'aboutissement.


Les écoles

Lycées et collèges

Les Personnels de laboratoires



Infos XML