NE DÉCOURAGEONS PAS LES PROFESSEURS !

Mercredi 12 Juillet 2017

Le SNALC-FGAF a pris connaissance, comme chaque année, du nombre inquiétant de postes non pourvus aux concours de recrutement de professeurs. C'est pour nous un signe indéniable du manque d'attractivité du métier.


Dans un tel contexte, les annonces cumulées du gel du point d'indice, de l’augmentation de la CSG et du retour du jour de carence sont de très mauvais signaux lancés à une profession qui n'en mérite pas tant. Les enseignants ne sont pas particulièrement bien payés, et sont assez peu absents, surtout si l'on tient compte de la difficulté grandissante du métier. Le SNALC rappelle au passage que dans presque toutes les grandes entreprises privées, le fameux jour de carence est pris en charge par l'employeur.

Par ailleurs, après la suppression brutale de la prime 3 HSA, la défiscalisation des heures supplémentaires annoncée lors de la campagne ne semble finalement plus à l’ordre du jour. La prétendue revalorisation salariale du PPCR, opportunément proposée à l’approche de l’échéance électorale, est en réalité au mieux pour certains une aumône de quelques euros et non une réelle revalorisation, comme l’a démontré le SNALC. Les professeurs n’ont pas été dupes de ce miroir aux alouettes. Leur pouvoir d’achat qui n’a cessé de baisser depuis les vingt dernières années va subir une nouvelle dégradation.

Pour le SNALC, le quinquennat qui commence ne peut faire l'économie d'une réflexion d'ensemble sur les conditions matérielles et morales du métier de professeur, à laquelle nous sommes prêts à participer. Aucune politique éducative ne portera ses fruits sans que l'on reconnaisse à leur juste valeur le travail de nos collègues. Il y a urgence !

Contacts :
Jean-Rémi GIRARD, Vice-président du SNALC, girardsnalc@yahoo.fr
Marie-Hélène PIQUEMAL, Vice-présidente du SNALC, mh.piquemal@snalc.fr



UN PRESIDENT SANS REFORME ?

Nous passerons au déluge, comme le Dandin des Plaideurs en priait l’avocat : sans en revenir aux origines de l'Instruction publique, tous les Présidents de la seule Vème République ont placé l'Ecole au centre de leurs programmes électoraux. S'en suivirent une forte dizaine de réformes profondes, dont on perçoit aujourd'hui l'aboutissement.


Les écoles

Lycées et collèges

Les Personnels de laboratoires



Infos XML