AMENAGEMENT PLUTÔT QUE REFONDATION !

Mercredi 13 Mars 2013

Pouvait-on vraiment « Refonder » l’Ecole de la République? Etait-il possible de revenir sur l’essence même des missions confiées à l’institution scolaire, c'est-à-dire transmettre un savoir, des savoirs, apprendre à lire, écrire, parler et compter aux élèves qui lui sont confiés ?


Le terme « Refondation » semble manifestement usurpé. En effet les orientations du projet de loi proposé par Vincent Peillon s'apparentent d'avantage à des aménagements du fonctionnement de notre Ecole qu’à une réforme fondamentale de celle-ci.

Nous craignions le pire, heureusement, à notre grande satisfaction, ces aménagements, sont globalement de bon sens. Ils ne laissent aux «pédagos», aux «dogmatiques» et aux idéologues, qui ont conduit notre Ecole là où elle en est aujourd’hui, qu’une maigre audience. Même s'il nous faudra rester très attentifs, pour preuve le collège unique continue à être encensé !

A la vue du projet global, le conseil Confédéral de la CSEN, le 27 novembre 2012, a décidé de soutenir les orientations données à ce projet de loi.

Soutenir mais tout en restant vigilant !

En effet, on peut accueillir avec satisfaction la priorité qui devrait enfin être donnée à l’Ecole primaire et les avancées significatives sur les moyens qui lui seraient alloués, le retour à une réelle formation des Professeurs avec la mise en place des Ecoles Supérieures du Professorat et de l’Education (ESPE), et de nombreuses autres mesures plus pédagogiques comme le développement d’un enseignement moral et civique et d’une éducation artistique et culturelle, de l’enseignement numérique, de la formation en alternance, d’approches différenciées au collège, la réforme du système d’orientation, la réaffirmation de rôle des trois baccalauréats…

Les syndicats de la CSEN resteront extrêmement attentifs aux décrets et aux circulaires d’application qui mettront en pratique ces propositions dans les écoles, les collèges et les lycées et qui peuvent, selon leur rédaction, en modifier totalement le sens.

D’ores et déjà, la CSEN s’est prononcée, dans les conditions actuelles, pour le maintien de la semaine de 4 jours à l’école primaire et aussi contre une modification en profondeur des enseignements et de l’évaluation des élèves. Elle regrette également que la possibilité de rétablir le bac pro en 4 ans soit enterrée.

La formation des futurs enseignants est primordiale pour le bon fonctionnement de notre Ecole, cependant une ambiguïté, un grand flou même, apparaît quant à la mise en place des ESPE. Sous quelle forme ? Qui en aura la responsabilité ? Le ministère de l’Enseignement Supérieur ou celui de l’Education Nationale? Cette dernière a déjà posé les premiers jalons puisqu’elle propose aux professeurs « chevronnés » d’y venir enseigner et ainsi partager leur expérience du terrain avec les futurs professeurs. Initiative certes louable, mais il faudra se garder des dérives et du formatage que l’on a connus dans les ex IUFM.

L'autre hypothèse est que les Universités gardent la main sur ces formations sachant qu’elles sont les seules habilitées à délivrer un Master 2, diplôme sanctionnant la fin de la formation, garantissant ainsi son niveau.

Mais quelle que soit l'option choisie quel avenir pour les titulaires du diplôme M2 Education qui échoueront à l'épreuve finale du concours ?

Enfin, la « refondation » ne pourra pas se faire sans la prise en compte des difficultés grandissantes auxquelles sont confrontés les Professeurs et les personnels de l’Education, tous les jours, pour exercer leur métier. Très vite il faudra ouvrir des négociations sur la revalorisation de ces métiers !

Les syndicats de la CSEN sauront rappeler tout cela au Député Yves DURAND, rapporteur de la loi devant le parlement, lors de l’audience qui leur est accordée le 23 janvier.

Jean-Claude Halter
Secrétaire Général

CSEN

COLLOQUE CESI à BUDAPEST : Les syndicats en faveur d'une approche de tolérance-zéro à l'égard de la violence au travail

Jean-Claude HALTER, Président de la CESI-Académie Europe, secrétaire général de la CSEN a clôturé le colloque de la CESI qui s'est déroulé à Budapest le 25 octobre 2019


Les écoles

Les Personnels de laboratoires

La CSEN fait partie des membres fondateurs de la Confédération Européenne des Syndicats Indépendants

Infos XML