BAC, LYCÉE : UN DIALOGUE CONSTRUCTIF MAIS FERME

Mardi 21 Novembre 2017

Le SNALC-FGAF a été auditionné ce matin par la commission dirigée par Pierre Mathiot, chargée d'élaborer des propositions sur le baccalauréat et le lycée général et technologique.


Nous y avons présenté et expliqué notre projet complet de réforme, disponible dans notre ouvrage Permettre à tous de réussir, et qui a beaucoup intéressé nos interlocuteurs. Nous avons fait le bilan du ratage de la précédente réforme et proposé des parcours plus spécialisés dès le début de la classe de seconde, avec des épreuves terminales du baccalauréat qui doivent être prises en compte dans le nouveau système d'affectation « Parcoursup ».

Nous avons également posé clairement nos lignes rouges. Le SNALC n'acceptera pas un projet qui entraînerait une annualisation des services, une diminution des postes ou une fusion des voies générale et technologique.

Le SNALC enverra très prochainement une enquête à tous ses adhérents pour fournir à Pierre Mathiot, à l'Inspection Générale et à la DGESCO un état des lieux non biaisé de l'opinion des collègues qu'il représente sur les sujets qui posent aujourd'hui question. Pour nous, le syndicalisme ne se pratique pas dans une bulle, mais bien au contact permanent de nos collègues.

Contact :
Jean-Rémi GIRARD, Vice-Président du SNALC-FGAF, girardsnalc@yahoo.fr
Alice EISSEN, Secrétaire nationale à la pédagogie, alice.eissen@gmail.com




De la REFORME

L’Europe commémore depuis le 31 octobre les cinq cents de la Réforme. Octobre 1517, et le 31, suivant le témoignage de Mélanchton, un Ministre du culte, Martin Luther, aurait placardé sur les portes de l’église de la Toussaint de Wittemberg ses 95 thèses condamnant violemment le com-merce des indulgences, et plus brutalement encore les pratiques de haut clergé. L’histoire ne se répète jamais dit-on, mais on est convenu qu’elle bégaye. Il serait tentant de chercher dans notre actualité ce qui aujourd’hui constituerait un séisme semblable. Nous pourrions parler de l’Ecole en France, qui a usé treize ministre en vingt ans et fait plus de réformes encore. Le mot réforme sem-ble lui appartenir. Poussons la comparaison. On a appris que la Réforme fut avant tout une volonté de retour aux sources du christianisme et qu’une révolution technologique majeure la porta, l’imprimerie. Notre siècle de la révolution numérique s’inscrit dans la comparaison. Nous aurions les éléments d’un bel exercice de style. Voyons d’abord ce qu’il en est. Y a-t-il réforme ? Voire, y a-t-il contre-réforme ?


Les écoles

Lycées et collèges

Les Personnels de laboratoires

La CSEN est adhérente de la

La CSEN fait partie des membres fondateurs de la Confédération Européenne des Syndicats Indépendants

Infos XML