Communiqué de presse de la CSEN-FGAF du 16 décembre 2009 : Revalorisation - A suivre ?

Mercredi 16 Décembre 2009

REVALORISATION – A SUIVRE ?
Reçue ce jour en audience au Ministère de l’Education sur la question de la revalorisation des rémunérations des professeurs, une délégation de la CSEN (SNALC et SNE) a fait part de ses observations relatives aux dernières propositions qui lui ont été soumises.
En préambule, la CSEN a rappelé que la revalorisation actuellement proposée est un trompe l’œil : elle ne s’adresse qu’au "début" de carrière, elle ne répare pas la perte du pouvoir d’achat subie par le corps enseignant depuis plus de 25 ans.
Le nouveau projet, ne prend que partiellement en compte une de ses demandes. Il permettrait l’élargissement de l’assiette de la revalorisation, qui serait désormais effective dès 2012, et non plus en 2016 et concernerait un quart des effectifs des corps professoraux. La CSEN constate par ailleurs que la revalorisation indiciaire proposée est inchangée, elle est toujours aussi faible et ne concerne que les professeurs certifiés, des écoles, PLP, professeurs d’EPS et assimilés. Quant aux agrégés, la CSEN a dénoncé avec indignation le fait que la proposition continue à les exclure de toute revalorisation, comme c’est le cas depuis plus de vingt ans.
Avec vigueur, la CSEN a rappelé que 75 % des professeurs, actuellement en service, ne verront aucune mesure concrète les concernant mise en œuvre.
La CSEN a plus largement demandé l’ouverture du "dossier des heures supplémentaires". Le Ministère les présente comme un élément sensible de la revalorisation des dernières années. Ce que nous contestons. Elles sont d’ailleurs quasiment inexistantes dans le premier degré.
En ce qui concerne les fins de carrière, le Ministère proposera courant 2010 aux négociations la création d’un grade dit "sommital". S’il devait exister, la CSEN exigerait que son accès soit soumis à l‘examen de l’ensemble de la carrière de l’agent et reconnaisse l’excellence de son enseignement et de sa contribution à la qualité de la transmission des savoirs. Son existence supposerait le traitement de l’actuelle hors- classe comme un échelon supplémentaire accessible à tous.
La CSEN a enfin demandé que le bilan comptable des bénéfices réalisés par l’Etat, conséquence de la suppression de postes depuis 2007, lui soit communiqué au plus tôt. Sans cette communication préalable, des échanges nouveaux lui apparaîtraient vains.
La CSEN persiste à mettre en cause le principe de financer la revalorisation par une réduction constante du nombre de professeurs.
La CSEN redit enfin qu’une rémunération décente de nos métiers est la seule manière d’en affirmer la dignité.
Paris, le 16 décembre 2009


COLLOQUE CESI à BUDAPEST : Les syndicats en faveur d'une approche de tolérance-zéro à l'égard de la violence au travail

Jean-Claude HALTER, Président de la CESI-Académie Europe, secrétaire général de la CSEN a clôturé le colloque de la CESI qui s'est déroulé à Budapest le 25 octobre 2019


Les écoles

Les Personnels de laboratoires

La CSEN fait partie des membres fondateurs de la Confédération Européenne des Syndicats Indépendants

Infos XML