Communiqué de presse de la CSEN-FGAF du 26 août 2009 : La CSEN-FGAF reçue en audience par Luc Chatel

Mercredi 26 Août 2009

LA CSEN-FGAF RECUE EN AUDIENCE



Une délégation de la CSEN-FGAF a été reçue ce jour 26 août 2009 par le Ministre de l’Education nationale Luc Chatel, conduite par son Secrétaire général, Bernard Kuntz.
S’exprimant au nom d’ AutonomeSup, Michel Gay a évoqué la"masterisation" des recrutements, dont la CSEN n’a jamais condamné le principe. Il s’est félicité qu’elle ait obtenu satisfaction quant à la situation du concours dans le cursus du master. Il a rappelé son exigence de maintenir la qualité des recrutements en assurant l’excellence scientifique exigée des lauréats. Pour la CSEN-FGAF, il est exclu d’envisager des concours qui n’aient pas la forme disciplinaire présente. De même, la CSEN-FGAF s’inquiète du manque de réponses données à ce jour à la question des masters ouvrant au professorat des écoles.
Le propos a été prolongé par Jean-Claude Halter, au nom du SNE, avec la même inquiétude. Il l’a assorti d’un questionnement sur les effets réels de la revalorisation annoncée. Le Ministre a assuré que, concernant les débuts de carrière, elle sera substantielle. Evoquant ensuite la question des suppressions de postes, le SNE a pris acte de la réponse des services constatant un solde positif de 500 postes à cette rentrée, par l’effet des redéploiements. Le SNE a souligné l’irréalisme dans la volonté d’appliquer aux écoles les mesures du "plan grippe" . La CSEN-FGAF demande, par ailleurs, qu’une priorité de vaccination soit reconnue aux corps enseignants, considérant leur particulière exposition au risque. Enfin, le SNE a demandé avec insistance qu’on procède à l’évaluation objective des mesures mises en oeuvre par Xavier Darcos, mesures approuvées par la CSEN-FGAF.
Le SNALC représenté par Bernard Kuntz, président national, et Albert-Jean Mougin, vice- président, a présenté une critique du "rapport Descoings" sur le lycée. Il considère que ce rapport peut servir de base à une négociation sur le lycée. (Ce point ne vaut pas acceptation de l’ensemble des analyses et préconisations du rapport, tant s’en faut.) Le rapport Descoings reconnaît les graves problèmes d’élèves incapables de bénéficier de l’enseignement dispensé en classe de seconde ; il se garde bien de formuler explicitement la nécessité absolue de procéder à une réforme, indispensable pour le SNALC. Ce rapport verse constamment dans un excès de confiance dans les dispositifs de remédiation, qui ont partiellement ou totalement échoué. Les défauts des procédures actuelles d’orientation sont partiellement identifiés, mais les refontes envisagées s’inscrivent dans le cadre du projet personnel de l’élève sans envisager ni ses aptitudes ni le bilan des connaissances établi par les professeurs. Le SNALC dénonce la folle démagogie d’associer les élèves aux procédures d’évaluation. Le SNALC considère favorablement le rééquilibrage des filières qu’il partage pour partie. Il se prononce pour un renforcement des exigences pour l’admission en S, ainsi qu’en L. Le SNALC estime par ailleurs qu’un renforcement des débouchés pour la filière L est indispensable. Il approuve la proposition de maintenir la voie Technologique et les offres visant à la revaloriser. Le SNALC suggère qu’une réelle revalorisation de la voie professionnelle soit rendue possible, en permettant à des élèves de quatrième et de troisième de préparer le brevet au Lycée Professionnel. Enfin, le SNALC juge qu’il revient aux programmes de faire le lien entre les différentes disciplines et non à des projets d’établissement. Pour finir, le SNALC rappelle qu’il luttera contre toute réforme qui aboutirait à mettre en cause la liberté pédagogique individuelle des professeurs, à dénaturer leur mission, à augmenter leur charge de travail ou à réduire leur rémunération. Il a rappelé avec force la nécessité de restaurer l’autorité du maître, sans laquelle toute ambition éducative est vaine, et toute "remédiation" illusoire.
L’entretien s’est déroulé dans une ambiance favorable d’écoute et d’échanges.
A son terme, le Ministre nous a confirmé qu’il tenait le rapport Descoings pour une base de travail permettant "de parler la même langue". Présentant le calendrier des travaux, il a détaillé les phases d’une concertation qui se déroulera de septembre à novembre. L’intention est de réformer en 2010.
Paris, le 26 août 2009


COLLOQUE CESI à BUDAPEST : Les syndicats en faveur d'une approche de tolérance-zéro à l'égard de la violence au travail

Jean-Claude HALTER, Président de la CESI-Académie Europe, secrétaire général de la CSEN a clôturé le colloque de la CESI qui s'est déroulé à Budapest le 25 octobre 2019


Les écoles

Les Personnels de laboratoires

La CSEN fait partie des membres fondateurs de la Confédération Européenne des Syndicats Indépendants

Infos XML