L' ECOLE EST-ELLE VRAIMENT UN ENJEU POLITIQUE ?

Jeudi 23 Mars 2017

Contrairement à ce qu’il était d’usage de faire lors des élections présidentielles précédentes, les syndicats de la CSEN ont décidé de ne plus envoyer l'habituel questionnaire aux candidats à la Présidence de la République, par lequel ils leur demandaient de prendre position sur les questions essentielles.


L' ECOLE EST-ELLE VRAIMENT UN ENJEU POLITIQUE ?
En effet, l’expérience nous montre que les « principaux candidats », comme les présentent les médias, ne répondaient pas à nos questions. Sans doute étaient-elles trop précises et parfois dérangeantes, ils se contentaient en effet de nous renvoyer la totalité de leur programme, que nous connaissions déjà, car largement publié dans la presse, sur les réseaux sociaux ou présenté sur les ondes ou à la télévision.

Les autres candidats se donnaient souvent la peine de répondre point par point à nos questions, ces propositions, certes intéressantes, avaient peu de chance de produire une réalité.

Nous ne sommes, de toute façon, pas dupes, nous savons pertinemment que les promesses n’engagent même plus ceux qui les font. Nos « présidentiables » se retranchent certainement derrière un sujet de dissertation philosophique emblématique, sur lequel de nombreux élèves ont eu à disserter « L’intention vaut-elle l’action ? », ou bien leurs propositions s’apparentent-elles à cette maxime populaire, « le chemin de l’enfer est pavé de bonnes intentions » ? Pour notre Education Nationale la formule peut paraître excessive. Loin d’être un enfer, elle est cependant, loin d’être un paradis. La grave question des démissions de professeurs, et notamment de stagiaires en est une brutale démonstration. Quand sera-t-elle le point de départ d'une réflexion politique ?

Pour tous les candidats, et depuis plusieurs mandatures, l’Ecole est l’une des priorités, si ce n’est LA PRIORITE, pourtant, on s'interroge sur le sens que cela a eu.

Beaucoup d’annonces, beaucoup de promesses quelques bonnes intentions, pour essayer d’améliorer notre système scolaire et rassurer des enseignants de moins en moins considérés et de plus en plus mal traités. Or la « réussite pour tous » reste un vœu pieux. Il y a toujours autant d’élèves qui quittent l’école à 16 ans, sans aucune qualification, toujours autant de diplômés qui « galèrent » pour trouver un emploi stable à l’issue de plusieurs années d’université. Les résultats obtenus par nos élèves et le classement de nos Universités aux différentes évaluations européennes voire mondiales sont toujours aussi décevantes et prouvent l’inefficacité de toutes ces mesures. Aucune leçon n'est tirée, parce qu'elle obligerait à revenir sur la politique suivie pendant les « trente piteuses », trente années de dogmatisme pédagogiste, de refus du réel et de mépris constant des corps professoraux. Car pour une hiérarchie bunkerisée, c'est la vie qui ment et les idées qui ont raison.

En 2012, après un été très studieux pour les enseignants des syndicats qui ont travaillé par groupe, par thèmes, la grand « messe » organisée à la Sorbonne n’a été qu’un pâle reflet de toute l’énergie dépensée. La montagne, une nouvelle fois avait accouché d’une souris. Cerise sur le gâteau, dans son discours de plus d’une heure, le Président de la République n’a pas utilisé une seule fois le mot « effort ». A moins d’être un surdoué, comment peut-on apprendre, comment peut-on progresser sans faire d’efforts ?

Ce n’était pas mieux en 2007… en effet la réforme du lycée et ses nouveaux programmes n’avaient pas été, et à juste titre, accueillis favorablement, la mise en place de la semaine de 4 jours dans les écoles primaires avait ses partisans et ses détracteurs et comme depuis longtemps, aucune avancée significative ne put redonner confiance aux enseignants. Depuis lors, et puisqu’il fallait un changement, retour à la semaine de 4,5 jours laissés à la charge des municipalités avec toutes les difficultés et toutes les contradictions que l’on sait. La réforme du collège, enfin, qui a mobilisé en masse les professeurs pour dénoncer son ineptie, le recrutements d’enseignants sans aucune qualification via les petites annonces et les réseaux sociaux, tout cela nous a fait le tableau achevé d'un saccage du service public d'instruction. Pour les personnels, le protocole « Parcours Professionnels, Carrières et Rémunérations » (PPCR), a enfin levé le miroir aux alouettes d'un fausse revalorisation, et d'une vraie déstructuration des métiers, pour lesquels un bon professeur n'est plus un maître qualifié par la qualité de ses savoirs mais avant tout un agent d'ambiance sociale. La nouvelle grille de notre évaluation retient douze critères, deux seuls concernent la maîtrise disciplinaire, dix traitent de la capacité à gérer des rapports humains. Quel programme politique nous parle de ce désastre ? Quel politique ose dire qu'il faut abroger tout cela ?

Y a –t-il quelques choses à attendre de la prochaine mandature ? La seule attente est dans la nature des rapports de force que nous saurons bâtir. Comme actuellement tout est focalisé sur les « affaires », les programmes des candidats passent au second plan … la déception risque donc d’être moindre, fautes de promesses et de propositions. C'est le triste avantage d'une démocratie désabusée. Nos syndicats ont fait en amont leur devoir, en informant de nos orientations et de nos choix l'ensemble des élus, et depuis de nombreux mois.

Ce qui est certain, et c’est la chance de nos « politiques », c’est que les enseignants continueront de faire leur métier avec dévouement et en conscience de l’importante mission qui leur est confiée.

Jean- Claude Halter
Secrétaire général de la CSEN




JEAN-CLAUDE HALTER, SECRETAIRE GENERAL DE LA CSEN, ELU PRESIDENT DE L'ACADEMIE EUROPE DE LA CESI

Le 22 juin 2017 s’est tenue l’Assemblée générale de l’Académie Europe de la CESI, la CSEN et la FGAF ont été mises à l’honneur.


Les écoles

Lycées et collèges

Les Personnels de laboratoires

La CSEN est adhérente de la

La CSEN fait partie des membres fondateurs de la Confédération Européenne des Syndicats Indépendants

Infos XML