POUR UNE CELLULE LAÏCITE

Jeudi 14 Septembre 2017

LE SNALC se félicite que le ministre de l’Education nationale envisage la création d’une « cellule laïcité », dont notre syndicat a toujours souhaité l’existence. Si les tragiques attentats qu’a connus la France ont conduit le précédent ministère à afficher une prétention d’affirmation laïque, on ne dépassa pas la déclaration et les comités d’intention, laissant au terrain la mission de gérer « au cas par cas ».


Dans les faits, c’est à chaque établissement, voire à chaque professeur, qu’on a laissé l’appréciation du respect du principe de laïcité, source d’incohérence et d’inaction. On ne peut que souhaiter, désormais, qu'aucun professeur ne soit seul face aux problèmes de « dérives religieuses » dans nos établissements. Pour cela, il faut un cadre national.


Pour le SNALC, il est essentiel que nos écoles, collèges, lycées enseignent la liberté de chacun de croire ou de ne pas croire, et que nulle croyance ne peut s’imposer dans l’espace public. Mais c’est par l’exemple et l’organisation du quotidien que cet enseignement passe, non par un discours formel et incantatoire.

Depuis toujours sensible à cette question, le SNALC est disposé à participer à la réflexion institutionnelle qui va s’engager, il l’espère sans délai.

Contact :
Albert-Jean MOUGIN, Vice-Président du SNALC-FGAF, ajmougin@laposte.net


De la REFORME

L’Europe commémore depuis le 31 octobre les cinq cents de la Réforme. Octobre 1517, et le 31, suivant le témoignage de Mélanchton, un Ministre du culte, Martin Luther, aurait placardé sur les portes de l’église de la Toussaint de Wittemberg ses 95 thèses condamnant violemment le com-merce des indulgences, et plus brutalement encore les pratiques de haut clergé. L’histoire ne se répète jamais dit-on, mais on est convenu qu’elle bégaye. Il serait tentant de chercher dans notre actualité ce qui aujourd’hui constituerait un séisme semblable. Nous pourrions parler de l’Ecole en France, qui a usé treize ministre en vingt ans et fait plus de réformes encore. Le mot réforme sem-ble lui appartenir. Poussons la comparaison. On a appris que la Réforme fut avant tout une volonté de retour aux sources du christianisme et qu’une révolution technologique majeure la porta, l’imprimerie. Notre siècle de la révolution numérique s’inscrit dans la comparaison. Nous aurions les éléments d’un bel exercice de style. Voyons d’abord ce qu’il en est. Y a-t-il réforme ? Voire, y a-t-il contre-réforme ?


Les écoles

Lycées et collèges

Les Personnels de laboratoires

La CSEN est adhérente de la

La CSEN fait partie des membres fondateurs de la Confédération Européenne des Syndicats Indépendants

Infos XML