PROFESSEURS : RECRUTER MOINS N'EST PAS RECRUTER MIEUX

Lundi 4 Décembre 2017

Le SNALC-FGAF s'oppose à la baisse importante du nombre de postes aux concours de recrutement des professeurs du second degré.


S'il fallait dénoncer l'utilisation du nombre de postes affiché comme outil de pure communication dans plusieurs disciplines déficitaires, alors que les postes mis en jeu n'avaient aucune chance d'être tous pourvus, ce n'est pas une raison pour diminuer les recrutements dans presque toutes les disciplines.

Les collègues de collège et de lycée enseignent dans des classes surchargées, et leurs conditions de travail sont extrêmement difficiles. La baisse des postes signifie une dégradation du taux d'encadrement, une plus grande difficulté à trouver des remplaçants (conduisant à l'éternel refrain — erroné — de « l'absentéisme des profs ») et un recrutement encore plus massif de contractuels précaires.

Le SNALC tire donc la sonnette d'alarme : les mesures pédagogiques du ministre actuel risquent de rester lettre morte si les conditions de travail des collègues se dégradent davantage encore. Il est urgent de redonner une attractivité au métier d'enseignant, et non de décourager les éventuels candidats et d'accroître la souffrance au travail des collègues en exercice.

Contact :
Jean-Rémi GIRARD, Vice-Président du SNALC-FGAF, girardsnalc@yahoo.fr




De la REFORME

L’Europe commémore depuis le 31 octobre les cinq cents de la Réforme. Octobre 1517, et le 31, suivant le témoignage de Mélanchton, un Ministre du culte, Martin Luther, aurait placardé sur les portes de l’église de la Toussaint de Wittemberg ses 95 thèses condamnant violemment le com-merce des indulgences, et plus brutalement encore les pratiques de haut clergé. L’histoire ne se répète jamais dit-on, mais on est convenu qu’elle bégaye. Il serait tentant de chercher dans notre actualité ce qui aujourd’hui constituerait un séisme semblable. Nous pourrions parler de l’Ecole en France, qui a usé treize ministre en vingt ans et fait plus de réformes encore. Le mot réforme sem-ble lui appartenir. Poussons la comparaison. On a appris que la Réforme fut avant tout une volonté de retour aux sources du christianisme et qu’une révolution technologique majeure la porta, l’imprimerie. Notre siècle de la révolution numérique s’inscrit dans la comparaison. Nous aurions les éléments d’un bel exercice de style. Voyons d’abord ce qu’il en est. Y a-t-il réforme ? Voire, y a-t-il contre-réforme ?


Les écoles

Lycées et collèges

Les Personnels de laboratoires

La CSEN est adhérente de la

La CSEN fait partie des membres fondateurs de la Confédération Européenne des Syndicats Indépendants

Infos XML