RAPPORT CALVEZ-MARCON : VEUT-ON TUER LES LYCÉES PROFESSIONNELS ?

Vendredi 23 Février 2018

Le SNALC a pris connaissance du rapport sur la mission de l'avenir de la voie professionnelle. Si nous ne doutons pas de l’honnêteté de ses auteurs, nous constatons que l'on aboutit toujours aux mêmes poncifs et contre-vérités.


Le SNALC, qui a été consulté, regrette que la question des aptitudes et du comportement des élèves soient absents de la réflexion. Beaucoup de pistes proposées sont de fausses solutions. Par exemple, il est vain de demander l'implication des branches professionnelles quand ces dernières ne souhaitent souvent pas être impliquées, voire quand elles n'existent tout simplement pas (tertiaire administratif).

Pour le SNALC, les propositions de remplacer la formation scolaire par l'apprentissage à partir de la première ou bien encore de développer la mixité des publics sont tout simplement une remise en cause de l'existence même des lycées professionnels. Quant à la spécialisation progressive avec une année de seconde plus large, elle serait intéressante… dans le cadre d'un bac pro 4 ans.

Le SNALC demande donc au Ministre, qui a défini la voie professionnelle comme une de ses priorités, d'entendre la voix de la raison et de respecter les élèves et les personnels, et rappelle que nos collègues exercent aujourd'hui dans des conditions extrêmement difficiles, qu'il faudrait voir à ne pas dégrader davantage encore.


Contact :
Anne-Marie LE GALLO PITEAU, Secrétaire nationale à l'enseignement professionnel et technologique, annemarie.lgp@wanadoo.fr




De la REFORME

L’Europe commémore depuis le 31 octobre les cinq cents de la Réforme. Octobre 1517, et le 31, suivant le témoignage de Mélanchton, un Ministre du culte, Martin Luther, aurait placardé sur les portes de l’église de la Toussaint de Wittemberg ses 95 thèses condamnant violemment le com-merce des indulgences, et plus brutalement encore les pratiques de haut clergé. L’histoire ne se répète jamais dit-on, mais on est convenu qu’elle bégaye. Il serait tentant de chercher dans notre actualité ce qui aujourd’hui constituerait un séisme semblable. Nous pourrions parler de l’Ecole en France, qui a usé treize ministre en vingt ans et fait plus de réformes encore. Le mot réforme sem-ble lui appartenir. Poussons la comparaison. On a appris que la Réforme fut avant tout une volonté de retour aux sources du christianisme et qu’une révolution technologique majeure la porta, l’imprimerie. Notre siècle de la révolution numérique s’inscrit dans la comparaison. Nous aurions les éléments d’un bel exercice de style. Voyons d’abord ce qu’il en est. Y a-t-il réforme ? Voire, y a-t-il contre-réforme ?


Les écoles

Lycées et collèges

Les Personnels de laboratoires

La CSEN est adhérente de la

La CSEN fait partie des membres fondateurs de la Confédération Européenne des Syndicats Indépendants

Infos XML