REPORT DU PPCR : LA FARCE CONTINUE

Mardi 17 Octobre 2017

Le SNALC-FGAF a été le seul syndicat à voter au Comité Technique Ministériel de l'Education Nationale (CTMEN) contre la totalité des textes déclinant les dispositions du PPCR au sein de l'Education nationale : il estimait qu'il s'agissait d'une revalorisation salariale en trompe l'œil qui remettait en cause le principe de l'avancement au mérite et reposait sur de nouveaux critères d'évaluation et de promotion contestables.


L'annonce hier, par le Ministre de l'Action et des Comptes publics, du report pour un an du volet financier de ce dispositif confirme l'analyse du SNALC : alors que les enseignants français sont parmi les moins rémunérés d'Europe, cette prétendue revalorisation est une farce qui a servi à tromper les collègues et tous les syndicats qui ont soutenu ce dispositif par tactique ou par idéologie ont été dupés.

Pour le SNALC, une véritable revalorisation est indispensable. Elle doit bénéficier à tout le monde, selon des modalités transparentes et dans un calendrier resserré. Tout ce que n'a pas été le PPCR, processus obscur et nuisible à de nombreuses carrières et promesse électoraliste dont on savait très bien qu'elle avait toutes les chances d'être remise en cause.

Contacts :
François PORTZER, Président du SNALC-FGAF, portzer@aol.com,
Jean-Rémi GIRARD, Vice-Président du SNALC-FGAF, girardsnalc@yahoo.fr,
Frédéric SEITZ, Secrétaire National à la Gestion du Personnel, frederic.seitz@gmail.com,




De la REFORME

L’Europe commémore depuis le 31 octobre les cinq cents de la Réforme. Octobre 1517, et le 31, suivant le témoignage de Mélanchton, un Ministre du culte, Martin Luther, aurait placardé sur les portes de l’église de la Toussaint de Wittemberg ses 95 thèses condamnant violemment le com-merce des indulgences, et plus brutalement encore les pratiques de haut clergé. L’histoire ne se répète jamais dit-on, mais on est convenu qu’elle bégaye. Il serait tentant de chercher dans notre actualité ce qui aujourd’hui constituerait un séisme semblable. Nous pourrions parler de l’Ecole en France, qui a usé treize ministre en vingt ans et fait plus de réformes encore. Le mot réforme sem-ble lui appartenir. Poussons la comparaison. On a appris que la Réforme fut avant tout une volonté de retour aux sources du christianisme et qu’une révolution technologique majeure la porta, l’imprimerie. Notre siècle de la révolution numérique s’inscrit dans la comparaison. Nous aurions les éléments d’un bel exercice de style. Voyons d’abord ce qu’il en est. Y a-t-il réforme ? Voire, y a-t-il contre-réforme ?


Les écoles

Lycées et collèges

Les Personnels de laboratoires

La CSEN est adhérente de la

La CSEN fait partie des membres fondateurs de la Confédération Européenne des Syndicats Indépendants

Infos XML